Expression politique

-

Tribune - Majorité municipale Romans !

Notre majorité aux côtés de ses commerçants

La solidarité avec les commerçants, certains de nos opposants savent très bien en parler et ont parfaitement intégré ce célèbre proverbe français : « Grands vanteurs, petits faiseurs ».
Notre majorité a, de son côté, fait le choix de l’action et plutôt que de belles déclarations d’amour à nos commerçants, a choisi de leur adresser de véritables preuves d’amour.
Ainsi, dès les prémices du second confinement, nos élus en charge du commerce ont travaillé, avec les services concernés, à la mise en place d’une véritable stratégie de communication visant à valoriser leurs initiatives pour que leur activité puisse perdurer et le lien avec leur clientèle maintenu : click and collect, vente à emporter, livraisons. C’est ainsi que la campagne « J’achète à Romans » qui a consisté à mettre en avant nos commerces et surtout les hommes et les femmes qui les font vivre, a rencontré un certain écho auprès des Romanais.
Par ailleurs, au-delà du contexte sanitaire et du confinement, nos commerçants de proximité ont réalisé l’importance de la digitalisation et le potentiel de développement qu’elle pouvait constituer pour leur activité. Dans ce cadre, aux côtés de la Région Auvergne-Rhône Alpes, la Ville accompagnera financièrement les commerçants qui feront le choix d’investir pour développer leur présence digitale.
Enfin, et comme nous l’avons indiqué lors du précédent conseil municipal, notre équipe est prête à travailler en bonne intelligence et en partenariat avec l’association de commerçants, maintenant que celle-ci est purgée de toute arrière-pensée politique et électorale.
Au terme d’une année singulière et éprouvante, nous vous souhaitons à toutes et à tous de très bonnes fêtes de fin d’année et que vous puissiez les passer auprès de vos proches et de ceux que vous aimez.
Les élus de la majorité municipale « Romans ! »

 

Tribune - Opposition municipale Passionnément Romans

Débats d’orientations budgétaire

Lors du dernier conseil municipal le 19 novembre, le débat d’orientation budgétaire a mis en lumière les différences et les divergences qui opposent majorité et opposition sur deux sujets d’actualité : le budget et la sécurité.
La ville de Romans a une capacité d’investissement d’environ 11M€ par an. Alors que les français font de plus en plus évoluer leurs habitudes de vie et de consommation, développent les solidarités et se rapprochent de nos commerces, notre ville avance vers le passé. Nous sommes en retard sur l’accompagnement du commerce de proximité alors que la ville est gorgée de talents qui rayonnent par ailleurs, notre ville n’entreprend rien sur l’usage des vélos à assistance électrique, sur les économies d’énergie, sur le développement de l’autonomie énergétique et alimentaire,… Nous sommes en 2020, préparons un budget qui développe la cohésion sociale, la relance économique et le développement durable. Ces 3 sujets sont liés, saisissons cette opportunité. Sur ces 11M€, nous avons proposé que la ville consacre 10M€ à un véritable développement local durable, et 1M€ à la solidarité pour soutenir financièrement les romanais, les activités et les associations les plus impactés par la crise. Au lieu de cela Mme le Maire a même choisi d’affecter 526 000 euros de recettes supplémentaires aux investissements alors que la ville est en souffrance et que 23% des romanais vivent sous le seuil de pauvreté c’est-à-dire bien loin d’elle.
Sur la sécurité, nous avons dénoncé les mauvais résultats et la surenchère illusoire de Madame le Maire. Au lieu d’élever le débat, elle s’adresse à nos instincts les plus bas en confondant le fondamentalisme religieux avec la langue arabe, elle reproduit ces défiances et ces amalgames qui rappellent les heures les plus sombres de notre histoire. Député, elle soutenait ouvertement M. Sarkozy et M. Fillon lorsqu’ils supprimaient des milliers de postes de policiers, et démantelaient les renseignements généraux.
Maire depuis 6 ans, elle enlève en toute discrétion les symboles de la république (bureaux de vote, école, antenne de la police municipale, centre de santé, siège social du bailleur social, etc…) des 2 quartiers prioritaires de la ville (le centre historique et la monnaie).
Les voitures brûlent régulièrement dans nos quartiers, les trafics perdurent, les atteintes à la personne sont en hausse. La politique du « tout sécuritaire » ne fonctionne pas et n’a jamais fait ses preuves, tout comme la politique du « tout préventif ». Il est grand temps de revenir à un meilleur équilibre entre la répression et la prévention.