Ce site internet utilise des cookies. En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies. Attention, le blocage de certains cookies empêche le fonctionnement correct du site.

Expression politique

-

Tribune Majorité Municipale

Fiers de Romans et des Romanais
Après la grêle du 15 juin, l’épisode neigeux du 14 novembre a vu plus de 20 centimètres de neige lourde tomber sur Romans en quelques heures seulement. Ces intempéries, inédites par leur intensité, ont entraîné beaucoup de dégâts (notamment sur les arbres). De plus, des coupures d’électricité ont impacté des centaines de foyers romanais, parfois pendant plusieurs jours. Face à cette situation, la Ville a mobilisé des moyens importants pour faire ce qui relève notamment de sa compétence : traiter l’espace public. Aussi, notre majorité remercie chaleureusement les agents municipaux qui ont répondu à notre appel et se sont investis sans compter pour déneiger nos rues et permettre ainsi aux Romanais de circuler. De même, dès le début de l’épisode, une cellule de crise a été mise en place, notamment avec les responsables d’Enedis, pour suivre au plus près les interventions visant à rétablir l’électricité. Alors oui, une coupure électrique de plusieurs jours est forcément pénible et pénalisante. Mais plutôt que de critiquer Enedis, comme certains l’ont fait ou le font encore, parfois avec véhémence, notre majorité préfère plutôt voir que d’importants moyens matériels et des centaines de techniciens ont été mobilisés, venus de Bourgogne, de Marseille et de Nîmes , pour permettre un retour à la normale le plus rapide possible. Ces techniciens, qui sont parfois intervenus dans des conditions risquées, ne méritent pas les critiques acerbes que l’on a pu voir ici ou là sur les réseaux sociaux. Des enseignements doivent évidemment être tirés de cet événement climatique afin d’améliorer les protocoles d’intervention. Mais, en tout état de cause, notre majorité tient à souligner la formidable mobilisation humaine et également la solidarité des Romanais les uns envers les autres que cet événement a spontanément suscitée. Et pour ce bel état d’esprit qui anime l’immense majorité de nos concitoyens, nous sommes une nouvelle fois fiers de Romans et fiers d’être Romanais.

Tribune - Romans plus fort
Avis de tempête en perspective!
Les phénomènes météorologiques n'ont pas épargné notre ville en 2019 : grêle destructrice en juin, canicule estivale, neige précoce de novembre, autant d'événements négatifs qui seraient à mettre sur le dos de l'ancienne équipe municipale si on suivait la dialectique habituelle de communication de la municipalité Thoraval. A défaut de pouvoir charger ses prédécesseurs sur ces aléas climatiques, Mme Le Maire s'arrange pour apparaître comme le recours salvateur incontournable. Ainsi pour le rétablissement de la lumière dans les foyers et commerces romanais, sur radio France Bleue, elle élève le ton contre ENEDIS oubliant qu'elle faisait partie de ceux qui ont participé au démantèlement d'EDF, service public, favorisant la naissance d'ENEDIS ( ex ERDF) en 2008, société anonyme qui distribue des bénéfices substantiels aux actionnaires plutôt que d'entretenir le réseau, qui fait le forcing pour implanter le compteur Linky tant décrié au détriment d'une politique de proximité. ENEDIS, donne-t-il plus satisfaction qu'EDF? Est ce que «la saine concurrence du marché» a permis de rendre un meilleur service à l'usager, est ce que le tarif du Kilowatt heure a baissé? A l'expérience non. Bien au contraire même. Les mêmes logiques libérales sévissent dans de nombreux domaines: la santé (hôpitaux), transports (SNCF, aéroports)..... On nous persuade que le service public n'est pas capable d'administrer (c'est vrai surtout si on ne lui en donne pas les moyens) et qu'on veut le mettre à mal. On peut craindre que les nuages s'amoncellent à l'horizon pour le citoyen qui en fera les frais surtout si l'anticyclone Marie Hélène n'est plus là pour le protéger! Bonnes Fêtes de fin d'année en espérant des cieux plus cléments et que les vents nous soient favorables dans l'avenir.
Groupe Romans plus Fort. Isabelle PAGANI, Alain PUPEL, Cléo DELON, Brigitte DELHOMME.

Tribune - Denis Donger
Il était une fois…
En ces temps de célébrations christiques, de contes, de père Noël, nous aimerions commencer cette chronique par : «il était une fois, en la bonne ville de Romans, des habitants heureux, vivant harmonieusement entre eux et avec la nature…» Hélas ce n'est pas ce que vivent les habitants de Romans ! Heureusement, suite au diverses intempéries les élans de solidarité laissent entrapercevoir ce que pourrait être une cité où l’entraide, la coopération seraient au coeur d’un projet de vie commune. Si nos «élites» locales ne sont pour rien dans la violence des changements climatiques, leur adhésion à un projet politique néolibéral destructeur des écosystèmes, des équilibres écologiques, créateur de pauvreté et de précarité, est en revanche fortement condamnable. Lors d'une conférence sur les aidants, l’intervenant psychologue a répété «l’entraide est constitutif de la nature humaine». Soyons humains ! Plaçons notre espérance en un projet fédérateur avec en son centre la transition sociale, écologique, citoyenne, et ainsi écrire une nouvelle page de Romans! Comme nous y invite François Ruffin, dans son livre «Il est où, le bonheur» nous devons bâtir un «Front populaire écologique». « Nous sommes engagés dans un combat, des «Terriens» contre des forces destructrices, de l’intérêt général contre les multinationales» «Comment muer le plomb de l’angoisse en or de l’espérance ?» Notre responsabilité pour les générations futures nous oblige! Qu’elles puissent, elles aussi, écrire un beau conte, un conte qui devienne réalité ! «Il était une fois, une ville où les habitants décidèrent d’oeuvrer pour que leurs enfants aient comme avenir, une vie harmonieuse dans leur cité….» Denis Donger Écologiste insoumis ddonger.romans@gmail.com