Ce site internet utilise des cookies. En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies. Attention, le blocage de certains cookies empêche le fonctionnement correct du site.

Expression politique

-

Tribune Majorité Municipale

Les vertus du sport
Le 20 septembre dernier, nous avons honoré les sportifs romanais qui, tout au long de la saison dernière, ont représenté fièrement notre ville et en sont les meilleurs ambassadeurs. Ils viennent rappeler la qualité et la diversité de l’offre sportive à Romans, où plus de 9 000 licenciés utilisent quotidiennement des installations qui sont peu à peu rénovées, modernisées, même si 40 ans d’immobilisme et d’inaction ne se rattrapent pas en 5 ans. À Romans, tous ceux qui pratiquent un sport, tous les éducateurs et les nombreux bénévoles, cultivent et défendent farouchement notre position de ville la plus sportive de la Drôme et transmettent inlassablement aux jeunes générations, les formidables valeurs que le sport véhicule. Le sport, en effet, c’est l’abnégation, le dépassement de soi ; le sport crée du lien social et le sport permet aussi de servir de belles et nobles causes comme c’est le cas pour l’Urban Trail (samedi 7 décembre 2019) qui est organisé depuis 5 ans dans le cadre du Téléthon, ou encore pour les 10 km de Romans (dimanche 13 octobre 2019) qui soutiendront cette année l’association « Sauvez le coeur des femmes ». Cette association agit pour sensibiliser l’opinion publique sur les maladies cardiovasculaires chez les femmes, qui sont près de 9 millions à en mourir chaque année dans le monde.
Voilà de belles causes que le sport permet de servir !
Enfin, individuellement, et comme l’écrivait récemment une sportive romanaise sur Facebook, la pratique du sport est salutaire, tant elle permet de mettre de l’ordre dans le capharnaüm que l’on a dans la tête.
Certain(e)s devraient méditer cette réflexion et peut-être envisager de se mettre ou se remettre au sport… ils y trouveront peut-être la paix intérieure.

Tribune - Romans plus fort
La parole confisquée !
L'expression d'un groupe minoritaire au conseil municipal n'est jamais aisée même si le législateur a défini en ce domaine un cadre et précisé les modalités. Arrivés en 2014 avec nos valeurs républicaines et le désir sincère de servir notre commune et nos concitoyens, nous avons vite déchanté. Résultat, aujourd'hui, dans l'hémicycle communal déserté on parle de queues de cerises alors que la ville n'a jamais été aussi endettée (près de 97 millions d 'euros), que la solidarité recule, que la question environnementale de fonds n'a jamais été abordée. Ce n'est pas faute d'avoir essayé mais nous nous sommes heurtés chaque fois à une fin de non-recevoir en des termes plus ou moins aimables. La règle était plutôt le mépris, l'arrogance quand ce n'était pas les invectives. Mme le Maire en ce domaine n'est pas avare. Son désir d'incarner un maire tout puissant l'empêche de prendre du recul et de se comporter comme une humaniste, comme la maire de tous les Romanaises et Romanais. Pourtant elle a reçu une bonne éducation comme le témoigne la réception de son Altesse Sérénissime le Prince Albert de Monaco ou du Premier Ministre en exercice. A cette occasion, il y en a eu de la courbette et de la déférence !!! Il est vrai que dans les deux cas, il y avait peut-être quelque chose à gagner ? Toujours est-il que l'opposition a été maltraitée, confinée dans un rôle de chambre d'enregistrements, posture que nous avons dénoncée à maintes reprises et pour lesquelles nous avons été sanctionnés par des rétentions d'informations ou «d'oublis malencontreux», de boycotts, abreuvés de décisions du Maire, de diminutions du nombre de conseils, etc… Entre 2014 et 2020, la démocratie locale à Romans a reculé. Si le mot «minoritécide» existait, on aurait pu l'employer dans ce cas précis. Cléo DELON, Pierre PIENIEK, Brigitte DELHOMME, Isabelle PAGANI, Alain PUPEL grouperomansplusfort@gmail.com

Tribune - Denis Donger
Aux jeunes dont «on vole l'enfance et les rêves par des paroles creuses»*
Je remercie les personnes ayant réagis à ma précédente tribune. Je rassure ceux qui pensent que j’abandonne le combat! Juste, je ne ne veux plus cautionner la parodie de démocratie du conseil municipal! Tant que santé et énergie me le permettront, je resterais un militant des causes écologiques, sociales. Co-créateur de 2 associations écologiques (le MARE et l’ AIIRE) ancien maire adjoint à l’environnement, acteur de l’émergence d’un parti écologiste ( Verts ) je ne renie aucun de ces choix. Je ne relooke pas la façade à la peinture verte, c'est l’engagement d’une vie. Ce gouvernement, dont des candidats locaux aux municipales se revendiquent, est un des pires, malgré une trompeuse apparence, en matière d’égalité, de liberté d’expression et d’une grande brutalité pour ces opposants. La violence répressive des manifestations pour le climat nous rapproche d’un totalitarisme dont l’extrême droite n’aura qu’à cueillir les fruits. Être soutenue par LERM, est une ineptie pour tous ceux qui combattent pour un autre monde où questions écologiques, climatiques, sociales sont au coeur de leurs préoccupations. Les rapports des scientifiques s’accumulent sans se démentir ( reporterre.net/680-millions-de-personnes-chassees-par-la-montee-des-eaux-Giec ) nous avertissant des dangers majeurs de politiques basées sur des logiques productivistes, inégalitaires. L’histoire les jugera comme crime contre l’humanité. Heureusement, une jeunesse se lève, des millions de citoyens de tous pays se mobilisent, entre en résistance face à une guerre qui a un nom: écoside, ou la guerre contre le vivant. * Grata Thunberg à l'ONU
Denis Donger, élu écologiste insoumis
ddonger.romans@gmail.com