Ce site internet utilise des cookies. En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies. Attention, le blocage de certains cookies empêche le fonctionnement correct du site.

Expression politique

-

Tribune Groupe Romans Plus Fort
 

Bilan de mi-mandat : l’autosatisfaction de Mme Thoraval ne suffit plus !Dans le Romans Mag de mars 2017, le groupe de la majorité municipale se flatte de sa réussite en seulement trois ans. On ignore si l’auteur de cette affirmation péremptoire et partisane cherche à se rassurer ou vit dans un autre monde. Petit rappel sur les « Top » et les « Flop » de l’action municipale du groupe « Romans Gagnant » : côté « Top » la sortie de notre ville des emprunts
toxiques avec l'aide du Gouvernement (sans effet sur les impôts locaux cependant), la Marianne d’or achetée. Côté « Flop », on citera: l’absence
de vision et d’ambition pour Romans, avec une attractivité en berne laissant à penser à un véritable amateurisme sur la façon dont elle est administrée; une défense inexistante des intérêts Romanais au sein de Valence Romans Sud Rhône-Alpes (absorption USRP, HPR et Office du Tourisme; gestion hésitante de la Foire de Romans et départ des trophées de l’entreprise; l’abandon des services « stratégiques » de la ville à l’agglo: achats et contrats publics, juridique et finances) ; le projet Invest’in qui patine; un projet Gar’Is incohérent, une démocratie locale détériorée où le nombre de conseils municipaux a été
divisé par deux pour en faire une simple chambre d’enregistrement; une politique éducative reléguée (hausse des tarifs, baisse des dotations,
services TAP payants, arrêt de la construction d’école…); la mise à mal du tissu associatif avec des pertes d’emplois; la gestion du tènement Jourdan; les tristes festivités de Noël; l’arrêt de la fête de la pogne et de la raviole, la désertification de la basse ville; le retrait des services publics sur le quartier de la Monnaie (bureau de vote, école, mairie-annexe, CAF, siège HPR, îlot
de la police municipale) ; une communication prioritaire par rapport aux actes; un saupoudrage de jeux pour contenter le bon peuple. Sait-il, ce partisan zélé que Romans existait avant lui et qu’il y a eu des équipes municipales qui se sont investies pour développer les zones industrielles, faire venir Marques Avenue, développer des services publics novateurs (Cité de la musique), rendre
Romans attractive malgré les crises successives en transformant la ville ouverte sur le monde? Pour eux, il n’était pas question de s’approprier
des réussites antérieures ou d’accuser leurs prédécesseurs mais de penser au bien-être de leurs concitoyens. C’est l’histoire qui jugera de l’action des uns et des autres. L’outrance ne peut être de mise…

 

Tribune Majorité Municipale
 

L’opposition en pleine débâcle
En ce printemps électoral les critiques envers la municipalité poussent comme de jolies plantes vénéneuses. Une partie de l’opposition ressent des démangeaisons qui sont peut-être en rapport avec un scrutin national.
C’est sûrement la raison pour laquelle, les tribunes de Romans Mag regorgent, plus que jamais, de contre-vérités, d’à-peu-près fallacieux et d’affirmations grotesques frôlant la diffamation. La municipalité ne répondra pas à
ces fariboles. Sans autosatisfaction, Madame le Maire et son équipe municipale peuvent présenter un bilan à ceux qui ont la mémoire courte et aux jaloux qui n’ont rien fait ! La majorité municipale ne répondra pas à ces
sornettes, privilégiant l’action à la réaction. Cependant, nous tenons à mettre à part et à distinguer la tribune du groupe communiste dont l’argumentation et le ton montrent un intérêt réel pour un vrai sujet romanais.
Conscientes du problème que pourrait induire une gestion supposée lointaine, Madame le Maire et la municipalité affirment qu’elles sont particulièrement impliquées dans ce dossier afin d’améliorer la politique sociale et le
logement romanais. Madame le Maire rappelle aussi que certaines décisions sont les conséquences quasi inéluctables d’une gestion patrimoniale catastrophique du parc social par les anciennes majorités. Afin que le silence ne soit pas pris pour du mépris, la majorité municipale, en se penchant sur les
« reproches » qui lui sont adressés, forme un voeu pour que les tribunes de Romans Mag soient inspirées par des remarques constructives et par des convictions fortes au service des Romanais et Romanaises.
Accrochée à ses défauts, comme un naufragé à un tronc flottant, l’opposition use son énergie, déjà affaiblie par des divisions à dénigrer et à tromper. Copiant les parieurs qui jouent leur va-tout, des groupes d’opposition empilent les
mensonges sur les accusations. La surenchère produit une euphorie qui les déconnecte de la réalité et du bon sens !
A chacun sa méthode !
Sans autosatisfaction, mais avec une certaine fierté, Madame le Maire et la majorité municipale présentent sans crainte leur bilan aux Romanais et Romanaises. Ne pouvant s’inspirer du vide abyssal des idées et des
propositions d’une opposition en crise, elle continuera à travailler pour Romans avec courage et détermination.


Tribune Groupe Romans Bleu Marine


Politique de la ville : changeons de concept !
La cité de Jacquemart subit toujours très mal la crise, elle est encore confrontée à d’énormes difficultés dans bien des domaines : l’économie, l’emploi, la précarité, le chômage, l’insécurité et l’immigration incontrôlée que supporte de moins en moins la population. Cette situation justifierait à
elle seule un changement radical de politique au niveau local. Pourtant, après trois ans d’une nouvelle majorité, dite de droite, rien n’a vraiment changé.
En effet, l’exécutif de Mme Thoraval s’inscrit dans la continuité et ce ne sont pas les quelques modifications marginales de gestion, telle la diminution très relative de certaines subventions d’organismes associatifs, qui sont en mesure de répondre à l’exigence de la situation. Les dépenses démesurées en regard de la dette continuent alors que les moyens disponibles diminuent (dotations
de l’Etat).
De nombreux secteurs contribuent à alourdir la charge financière sans les résultats escomptés. C’est le cas de ladite « politique de la ville » qui devrait être complétement réformée, voire supprimée. Cette politique est en réalité un fourre-tout innommable très coûteux, véritable puit sans fond sans résultat tangible, ce que reconnaît depuis des années la Cour des Comptes.
La situation de la ville est malheureusement à l’identique de celle du pays, voire pire. Ce n’est pas le changement de majorité qui aura apporté l’amélioration tant attendue. Etant incapable d’amender fortement ou de supprimer cette politique, par manque de courage ou de volonté, nous demandons à l’exécutif de consulter les administrés par référendum et d’en tenir compte. Cela en
attendant la mise en place, si les français le veulent bien, de la politique référendaire d’initiative populaire incarnée par la candidate du FN, qui s’est engagée au niveau national à consulter directement les français en commençant par le sujet de l’euro.
Avec cette façon d’agir, la volonté majoritaire du peuple sera toujours respectée : c’est donc un choix sans risque.
Bernard PINET pour le Groupe FN-RBM BP 139
26304 Bg de Péage Cedex 06 37 40 37 19


Tribune Groupe Communiste


Office de l’habitat : Dangereuse concentration
Ca y est l’office de l’habitat (HPR) du pays de Romans a disparu. Idem pour l’OPH de Valence. Tous deux regroupés ont cédé leur place à Habitat Valence Romans.
Dans le droit fil de la constitution de la communauté d’agglomération Valence Romans Sud Rhône-Alpes, cet office régnera sur un territoire immense. À Romans les locaux de HPR sur la Monnaie ont été fermés. À la place une officine a été ouverte en centre ville.
Cette évolution pose beaucoup de questions. Quel sera le service proposé à la population : proximité, rapidité de traitement des demandes, accueil et réception physique des populations ? Quelle sera la connaissance de la réalité des situations des demandeurs dont disposeront les membres de la commission d’attribution des logements ? On peut craindre une évolution de plus en plus technocratique de la gestion des dossiers et donc des réponses de plus en plus éloignées des besoins sociaux des citoyens-ennes.
Au fond cette transformation participe d’une visée très politique entamée depuis plusieurs années et qui a consisté à faire basculer peu à
peu le service public de l’habitat vers une conception privée, conduisant les offices de l’habitat à une gestion relevant de critères identiques à ceux de toutes agences immobilières. 
Au global, comme cela se passe en de multiples villes et agglomérations de France, l’enjeu est une disparition totale de la conception publique de la gestion de l’habitat. Derrière la mise en place de ces nouveaux mastodontes de l’habitat social se joue une évolution ultralibérale incarnée par le Medef qui se verrait bien ainsi récupérer la mise de sa contribution au 1% logement. En
fait il s’agit de soumettre l’habitat social à la logique du profit et de la rentabilité à court terme.
Se loger est un droit. L’heure est à la construction d’un nouveau service public de l’habitat pour tous.


Tribune Agir pour Romans


Que vive l’âme Romanaise !
Romans…Romans c’est une âme, une identité, un projet commun construit ensemble. Romans ce sont des moments, des endroits, des fêtes. Enfin, Romans c’était tout cela… L’âme de notre ville s’efface jour après jour,
son patrimoine s’étiole. Que reste-t-il de l’USRP ? Même pas un maillot. Que va devenir la foire du Dauphiné ? Un bâtiment à 15 millions d’euros dont les travaux n’ont toujours pas commencé alors que Valence a lancé la construction d’un Palais des congrès. Que devient le commerce ? Une place Maurice
Faure déserte. Comment est-il revalorisé ? En envoyant des adjoints en promenade à l’étranger au lieu de s’inspirer du dynamisme de villes françaises conduites, elles, par des municipalités compétentes. Où vont les impôts des romanais ? Dans le goudron ou dans les voyages des élus municipaux. Notre
Maire, enrobe autant les routes que la réalité de son bilan désastreux à mi-mandat. Sa méthode est un échec. Aucun projet structurant n’est lancé. Savez-vous où nous en sommes de la « Cité des Talents » ? Nulle part ! Partout, le vide… et la com’. Tout en com’ !
Nous demandons à l’équipe municipale de se saisir des vrais enjeux. Nous lui demandons de ne pas faire de Romans un sous quartier de Valence. Nous lui demandons de sauver ce qui est encore sauvable.
Groupe « Agir Pour Romans ! »
Raphaël Bertrand, Samir Boudjoghra, Luc Trouiller