Ce site internet utilise des cookies. En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies. Attention, le blocage de certains cookies empêche le fonctionnement correct du site.

Un jardin de cœur de ville

Le 08 mars 2018

Le détail des travaux de la place du Champ-de-Mars a été présenté mardi, lors d’une réunion publique, par Jean-Marc Fritz, de l’Agence Seura Architectes, aux côtés des adjoints à l’Environnement et aux Travaux, Catherine Acampora et Franck Astier.

 « Il s’agit de changer l’atmosphère de cette place en transformant cet espace minéral en un véritable jardin de cœur de ville, déclarait l’architecte en préambule. Pour ce faire, le parking du 75e RI a été intégré dans le projet. Par ailleurs, nous avons pris en compte les parcours dans la création des allées et dans la répartition des espaces boisés. Nous avons également créé deux lieux distincts. »

Du soleil à la fraîcheur des ombrages

Situé à l’ouest, le premier espace, de forme ovale, sera ensoleillé. Doté de bancs, dans le respect de la charte « Ville amie des aînés » et d’une fontaine, de style miroir d’eau avec des effets, tantôt de jets, tantôt de brumisation, il sera traversé en diagonale par une allée. 

Le deuxième lieu, à l’est, sera de forme triangulaire et ombragé avec des pelouses accessibles et des plantations. Cet espace accueillera, dans sa partie nord, de nouveaux jeux d’enfants enclos par des bancs, des sanitaires automatiques et des jeux boules à côté desquels sera repositionnée la Fanny après sa restauration par l’artiste Eva Roucka.

Conservé en lieu et place, le monument aux morts, quant à lui, sera valorisé, notamment par un jeu d’éclairage et ses clôtures seront rénovées. Son accès sera, par ailleurs, facilité, via une allée qui traversera d’est en ouest l’ensemble du parc.

Des plantations diversifiées

Aujourd’hui, il n’existe en ces lieux que deux espèces d’arbres et donc pas de véritable biodiversité. Et si les cèdres seront conservés, certains platanes, en revanche, seront abattus en raison de leur état de santé ; ils seront avantageusement remplacés puisque de 78 arbres, on passera à 113 avec l’arrivée de nouvelles espèces. Plus largement, de nombreuses plantations seront effectuées entre pelouse, massifs bas (cornouiller, aubépines, plantes vivaces…), arbustes (magnolias, poirier, savonniers…) et arbres à tiges (chênes, érables, micocouliers, arbres de Judée…).

Un trottoir en périphérie

Concernant l’éclairage, aux lampadaires actuels, très routiers, seront notamment substitués, pour éclairer les allées, des lanternes boréales, jugées plus décoratives. Un trottoir sera, par ailleurs, créé en périphérie du parc ainsi qu’un passage surélevé, rue Bozambo, à hauteur des escaliers des Cordeliers, pour faciliter la jonction avec le centre ancien.

Des travaux d’avril à mai

Bien sûr, pour réaliser tout cela, il va falloir auparavant faire place nette, ce qui implique, notamment, la démolition de l’UCI (ex-bâtiment foire) ou encore des toilettes, ainsi que des travaux de terrassement. Les travaux, dits préparatoires, interviendront dès le mois de mars et les premières démolitions en avril. S’en suivront des fouilles archéologiques dites préventives, entre avril et mai, avec, dans la foulée, le démarrage des travaux d’aménagement qui, eux, s’étendront jusqu’au mois de janvier 2019, sachant que les mois de novembre à janvier seront consacrés aux plantations, à l’installation du mobilier et aux finitions.

Le coût estimé

« Le montant des travaux est encore au stade des estimations, indiquait l’adjoint délégué à la Voirie, Franck Astier, mais il devrait s’élever à environ 1 860 000 € pour la partie aménagement et études ; ceux des concessionnaires sont à 100 000 € et ceux de l’éclairage public (Agglo) à 230 000 €.  Par ailleurs, nous attendons une aide de la Région et du Département à hauteur, respectivement, de 350 000 € et 237 000 €. »

Un chantier clos et sécurisé

Enfin concernant les nuisances du chantier sur la circulation, l’adjointe déléguée à l’environnement, Catherine Acampora précisait : « Elles seront moindres. Le périmètre du chantier sera clos et sécurisé comme pour celui du kiosque. »

 

Visuel © Seura

Document présenté lors de la réunion publique du 6 mars 2018