Ce site internet utilise des cookies. En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies. Attention, le blocage de certains cookies empêche le fonctionnement correct du site.

Un don exceptionnel au musée international de la chaussure

Le 04 juillet 2014


Le musée international de la chaussure vient de s'enrichir de quelque 2600 modèles des collections historiques de Stéphane Kélian et Charles Jourdan : un don du groupe Royer qui en avait hérité en rachetant les deux marques de luxe en 2007/2008.



La journée du 3 juillet sera pour le musée international de la chaussure de Romans à marquer d'une croix blanche. Ce jour-là, en effet, le maire de Romans, Marie-Hélène Thoraval, recevait Jacques Royer, le p.-d.g du groupe éponyme, afin d'officialiser le don fait par ce dernier à la Ville. Soit quelque 2600 modèles des collections historiques de Stéphane Kélian et de Charles Jourdan qu'il avait acquises, en même temps que les deux marques, en 2007-2008.



« En parcourant les salles du musée, expliquait Jacques Royer, j'ai vraiment ressenti que j'avais fait le bon choix. Ces collections sont vraiment, ici, à leur place. Je ne suis pas Romanais mais j'ai le même attachement pour la chaussure. Le travail du cuir est chez moi une tradition familiale. J'avais la volonté d'investir dans la chaussure française et notamment dans le luxe mais je ne suis pas un spécialiste de la production. Je n'ai pas réussi comme je voulais. Cependant, je n'ai pas de regret, il faut toujours essayer. Le futur, c'est cet atelier de Bourg-de-Péage qui va reprendre de l'activité grâce à un jeune créateur, Vincent Bottesi, avec lequel je viens de signer une convention. »


S'agissant du devenir des marques, Jacques Royer a laissé entendre qu'il avait un nouveau projet pour Stéphane Kélian qui a, dit-il, gardé une modernité évidente. « Kélian est resté une marque mondialement protégée, mon seul souci est de trouver le bon styliste. Pour ce qui de Jourdan, c'est plus compliqué. Je suis actuellement à la recherche d'un partenaire. Mais le futur, c'est également ce musée. C'est un lieu de partage de la beauté et d'inspiration pour maintenir la chaussure en France et à Romans. »


Le musée, un élément incontournable d’attractivité

 
Des propos que partage le maire de Romans. « Le musée international de la chaussure est un formidable vecteur des savoir-faire romanais. Il promeut cette indépendance, cette ouverture d'esprit et cette créativité qui nous ont toujours caractérisés et contribue à la renommée de la ville à l'international par le biais des nombreux professionnels qui viennent s'y inspirer... »


Et Marie-Hélène Thoraval d'annoncer : « J'aurais d'ailleurs l'occasion, dans les prochaines semaine, de revenir sur le projet de ce musée dont il est certain qu'il est un élément incontournable de l'attractivité de notre ville. » Elle en profitait également pour remercier Gérard Kélian, fondateur avec son frère Georges, de l'entreprise Kélian et Evelyne Duclos-Neiertz, ancienne styliste de chez Jourdan pour l'aide précieuse qu'ils ont apportée au musée dans la sélection des modèles, une centaine, qui seront exposés jusqu'à la fin septembre dans le cœur de la chapelle du musée.



Une Cité du Talent


« A l'occasion de cette cérémonie, poursuivait-elle, j'ai souhaité également associé de jeunes créateurs romanais qui perpétuent la tradition de la chaussure romanaise de haute qualité. J'ai parlé durant la campagne des municipale de l'émergence d'une « Cité du talent » qui devra agglomérer, se faire parler tous les acteurs économiques de notre ville pour faire émerger un projet commun. La ville, avec le soutien de l'agglomération sera en pointe pour lancer cette ambition car j'ai la conviction qu'aujourd'hui, la mission principale d'une collectivité comme la nôtre est de rassembler les talents. »