Ce site internet utilise des cookies. En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies. Attention, le blocage de certains cookies empêche le fonctionnement correct du site.

Tour Balzac, c’est la fin !

Le 09 avril 2019

La phase de « grignotage » de la tour Balzac est en phase d’achèvement. Ce chantier de démolition -qui s’inscrit dans le cadre du Programme de Renouvellement Urbain 2- vise à changer, durablement, l’image du quartier de la Monnaie.

Après les phases de désamiantage et de déconstruction des parties communes et logements, la phase de démolition du Balzac est, aujourd’hui, en phase d’achèvement.  Viendront ensuite les temps de l’évacuation des gravats, de la démolition des fondations et du nettoyage de la friche. Ceux-ci devraient se poursuivre jusqu’à fin juin.

 

Ouvrir le quartier

«Cette démolition va nous permettre d’ouvrir encore davantage le quartier, soulignait le maire de Romans, Marie-Hélène Thoraval, lors du lancement de la phase de grignotage, le 14 mars dernier.  Après avoir requalifié -avec succès- l’entrée Chavant, nous allons maintenant pouvoir repenser et réaménager la seconde entrée du quartier. L’ambition est de poursuivre le réaménagement du quartier afin de changer durablement son image. Des premiers résultats -positifs- se font d’ores et déjà sentir et notre détermination est entière.»

Améliorer les conditions de vie des habitants

«La tour Balzac, dont la vétusté contribuait à une image dégradée du quartier, sera remplacée à l’horizon 2023 par un collectif, à taille humaine, offrant une quarantaine de logements, dont la majorité en accession à la propriété, précisait Annie-Paule Tenneroni, présidente de Valence Romans Habitat. Le traitement de cet îlot s’inscrit dans le cadre du Programme de Renouvellement Urbain 2 qui vise, notamment, à améliorer les conditions de vie des habitants des quartiers prioritaires

A noter : Cette  opération de démolition est financée par l’ANRU -Agence nationale de renouvellement urbain- elle s’élève à 1,5 M€ HT.

 

Repères

En 1974, la tour Balzac sort de terre. Avec ses 15 étages et ses 90 logements, la tour semble constituer une réponse au manque cruel de logements. A l’époque, l’Etat privilégie la solution des « grands ensembles » et favorise l’habitat collectif de grande taille. Il fait le choix de formes simples -barres et tours- aisément reproductibles. En leur temps, ces nouveaux immeubles offrent clarté, espace et confort.