Ce site internet utilise des cookies. En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies. Attention, le blocage de certains cookies empêche le fonctionnement correct du site.

« Participation citoyenne » : un nouveau dispositif

Le 31 mai 2019

Afin d’améliorer la lutte contre la délinquance et développer une vigilance citoyenne, la Ville de Romans met en place le dispositif « Participation citoyenne » avec le concours de la Police Nationale.

Le dispositif de « Participation citoyenne » mis en place par la Direction Prévention Sécurité Publique de la Ville de Romans, vise à : 

  • développer auprès des habitants une culture de prévention de la délinquance ;
  • favoriser le rapprochement entre les forces de sécurité de l’Etat, les élus locaux et la population ;
  • améliorer l’efficacité des interventions des services de police et l’élucidation des infractions.

Ce dispositif concerne les quartiers suivants : Pierrotte, Trois Croix, Royanne, Beaumarchais et  Jardins de l’Isère. 

 

Un partenariat Police nationale, Police municipale et population


Concrètement, ce dispositif consiste à développer une vigilance citoyenne en associant la population au travail quotidien des policiers nationaux et municipaux. Sa mise en œuvre et ses modalités de fonctionnement sont encadrées par un protocole signé entre le Préfet, le Maire et la Police nationale (DDSP).

 

3 réunions publiques d’informations


3 réunions publiques d’informations seront organisées et animées conjointement par la Police nationale et la Police municipale :

  • lundi 3 juin à 17h30, salle Charles-Michel, rue du Puy pour les quartiers les Trois Croix et la Pierrotte 
  • mercredi 5 juin à 17h30 salle Charles-Michel, rue du Puy pour le quartier la Royanne 
  • lundi 17 juin à 17h30, à la Maison citoyenne Noël-Guichard, place Hector-Berlioz pour les quartiers Beaumarchais et les Jardins de l’Isère

A noter : Le dispositif « Participation citoyenne » a été instauré par une circulaire du 22 juin 2011. Au terme de sept années d’existence, le ministre de l’Intérieur a souhaité le faire évoluer dans le cadre de la police de sécurité du quotidien.