Ce site internet utilise des cookies. En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies. Attention, le blocage de certains cookies empêche le fonctionnement correct du site.

Le Débat d'Orientation Budgétaire a eu lieu !

Le 22 décembre 2014

Le Débat d'Orientation Budgétaire (DOB) a eu lieu en conseil municipal, le 15 décembre dernier. En amont du vote du budget primitif qui se déroulera, lui, le 26 janvier.


 

«Avant même d'élaborer le budget 2015 nous savions que nous allions devoir faire les frais d'une double facture : celle de la baisse des dotations de l'Etat à hauteur de 6,2 millions d'euros sur le mandat et celle résultant de 37 ans de gestion socialiste » précisait d'emblée le maire de Romans, Marie-Hélène Thoraval, lors du conseil municipal du 15 décembre dernier.

 

 

800 000 euros de moins


Pour l'année 2015, la baisse des dotations de l'Etat s'élèvera, à Romans, à 800 000 euros. «Avec cette baisse de 23 euros par habitant, nous nous trouvons privés de toute croissance de ressources, d'autant que nous nous sommes engagés à ne pas augmenter les taux de l'impôt communal, rappelait le maire de Romans, contrairement au choix qui avait été fait en 2008 par la précédente équipe lorsqu'elle avait été contrainte à un redressement financier par le Préfet et la Chambre régionale des comptes. Aujourd'hui, les Romanais sont soumis à une pression fiscale supérieure à 25% par rapport aux villes de même strate, nous ne pouvions pas leur imposer une nouvelle augmentation.»

 

 

59 millions d'euros de dette


«En parallèle, poursuivait Marie-Hélène Thoraval, nous devons faire face à la dette de 59 millions d'euros que nous ont laissée nos prédécesseurs et dont plus de la moitié repose sur des emprunts toxiques.»

 

 

3,6 millions d'euros d'économie

 

«Si l'on croisait ce qui nous est imposé par l'Etat et le résultat de la gestion socialiste, on aboutirait à un scénario catastrophe, soulignait Marie-Hélène Thoraval. Pour tenir nos engagements de campagne nous devons faire 3,6 millions d'euros d'économie. Mais nous ne réduirons pas nos investissements, nous ferons porter ces économies sur le fonctionnement.»

 

 

Une gestion rigoureuse et 50% d'investissement

 

En matière de fonctionnement, la municipalité a fait le choix de recentrer ses financements sur les missions principales de la commune. Ce qui va se traduire par une gestion extrêmement rigoureuse de l'évolution de la masse salariale, par une modernisation des services avec maintien à un niveau identique des charges de fonctionnement, par une réduction de 40 à 50 % des subventions aux structures d'éducation populaire (les Maisons de quartier et MJC) qui offrent des services redondants avec ceux de la Ville et par la suppression des subventions aux unions locales des syndicats.

 

 

«Dans le même temps, poursuivait le maire de Romans, nous avons choisi pour améliorer le cadre de vie des Romanais d'augmenter de 50% le budget d'investissement.» Sur un budget de 5,5 millions d'euros de charge nette : 2,5 millions d'euros seront ainsi consacrés à la voirie et 750 000 euros au patrimoine bâti (dont les écoles) ; par ailleurs, les deux tiers du financement du programme de vidéo protection seront déployés dans l'année. Et le premier magistrat d'évoquer également le nouveau positionnement de la ville «qui passe par la relance de l'attractivité du centre historique et par le développement d'activités liées à tout ce qui relève du son (la Cité du talent) en partenariat avec la Ville de Valence qui, elle est orientée sur l'image.»


Plus d'infos sur le DOB dans le Romans Mag de Janvier.