Ce site internet utilise des cookies. En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies. Attention, le blocage de certains cookies empêche le fonctionnement correct du site.

Le cheval préféré aux engins mécaniques

Le 14 novembre 2014


Propriétaire du bois des Ussiaux, la Ville de Romans a fait le choix, pour évacuer le bois coupé, d'utiliser des chevaux plutôt que des moyens mécanisés, par respect pour l'environnement et dans un souci de gestion durable...

 


Situé sur la commune de Peyrins, à environ 7 km de Romans, sur la RD 53, en direction de Saint-Donat, le bois des Ussiaux a été racheté par la Ville en 1980 aux Hospices de Romans. Géré par l'Office National des Forêts (ONF), il est composé principalement de feuillus (chênes, châtaigniers, charmes...) et de quelques résineux (pins maritimes, pins sylvestre).

 

Un site Natura 2000


Reconnu d'importance européenne pour la valeur patrimoniale de ses espèces (Lucane cerf-volant et grand capricorne), ce site fait partie du réseau européen Natura 2000 qui a pour objectif de définir des mesures de gestion en faveur de la biodiversité. "L'exploitation de ce bois, par conséquent, est l'objet de toutes les attentions", ainsi que l'expliquait, sur le terrain, l'adjointe délégué au développement durable, Catherine Acampora.

 

 

Pour une gestion durable


De fait, les arbres à abattre sont sélectionnés et marqués par l'ONF tandis que l'évacuation du bois se fait par traction animale. "Un choix de la Ville de Romans qui s'est engagée dans une gestion durable, dans le respect de la charte PEFC (Programme européen des forêts certifiées)", précise Anne-Sophie Mellet, responsable du service développement durable. "Le recours à la traction animale permet, en effet, de mieux respecter le milieu naturel complète Pascal Montangon, responsable du service des espaces verts, sous couvert de deux représentants de l'Office national des forêts, Bruno Ollat et Claude François. Il occasionne moins de tassements, ne produit pas d'ornières et donc pas d'érosion du sol."

 

40 tonnes de bois évacuées



Pour ce faire, la Ville a passé un contrat avec Les vergers des chassis. Depuis le 3 novembre, on peut ainsi voir un cheval de trait œuvrer sur une parcelle (la n°1) du bois des Ussiaux, située non loin du parc AccroForest. Imperturbable, malgré le bruit des tronçonneuses et de la chute des branchages, celui-ci est mené par Thierry Bret. Son rôle ? Acheminer le bois depuis l'endroit où il a été coupé jusqu'à l'une des trois plate-formes qui ont été réalisées en périphérie de la forêt.

 

Au total, ce seront 40 tonnes de bois qui seront évacués par ce procédé. Un bois qui sera ensuite vendu par l'ONF au profit de la commune sous différentes formes en fonction de sa qualité : bois de chauffage, bois de palette... "Même si, précise Anne-Sophie Mellet, le but n'est pas économique."

 

Le coût de l'exploitation pour cette parcelle est de 5 500 €.