Ce site internet utilise des cookies. En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies. Attention, le blocage de certains cookies empêche le fonctionnement correct du site.

La tour Jacquemart en cours de restauration

Le 02 mars 2020

C’est parti pour la restauration de la tour Jacquemart ! Des palissades ont été dressées et des panneaux expliquant le chantier ont été apposés. Voici, en substance, ce que vous pouvez y lire.

Le chantier se déroulera en deux phases

  1.  de février à novembre 2020, concernera la Tour elle-même qui, pour mémoire mesure 37 mètres de haut.
  2. de décembre 2020 à décembre 2021, sera consacrée à l’aménagement de son parvis.

Les travaux réalisés

  •  Remise aux normes des escaliers intérieurs
  • Retour de l’aspect originel de la toiture (revêtement en cuivre étamé en lieu et place des tuiles et du zinc
  • Reprise du mécanisme d’entraînement du bonhomme (hauteur du bonhomme : 2m60) et comblement des fissures
  • Rotation de la cloche (poids de la cloche : 2 300 kg)
  • Restauration des parements des murs pour garantir la stabilité de la Tour (épaisseur des murs : 1m50)
  • Nouvelle mise en lumière
  •  Création d’un espace vert au pied de la Tour
  • Aménagement des abords, restauration des emmarchements et de la fontaine du cygne

 

Montant et financement des travaux

Le coût global de l’opération est de 1,58 M€ TTC dont :

  • 266 736 € de l’Etat (DRAC + DISPL)
  • 590 000 € de la Région Auvergne-Rhône-Alpes
  • 21 300 € du Département de la Drôme
  • 130 000 € de Mécénat (19 entreprises, 3 associations, 1 fondation, 149 donateurs venus de 6 pays via une campagne de financement participatif).

Si vous souhaitez vous aussi faire partie des mécènes et avoir votre nom gravé au pied de la tour Jacquemart, c’est encore possible,
contactez la Ville au 04 75 05 51 23 ou via mecenat@ville-romans26.fr.

 

Un peu d’histoire

  • XIIe siècle – Les  premiers remparts de la ville sont construits. Au siècle suivant, une nouvelle porte fortifié y est aménagée, nommée porte de l’aumône.
  • 1825 – Les chanoines construisent une forteresse, le long de ces murailles, pour se protéger des habitants avec lesquels ils sont en conflit. La porte de l’aumône est intégrée dans la forteresse où elle sert de tour. Au XVe siècle, forteresse et tour sont transformées en prison.
  • 1420 – Les consuls de Romans (ancêtres des conseillers municipaux) décident de réutiliser la tour de la forteresse qu’ils surélèvent de 10 mètres pour installer une horloge. Le mécanisme est commandé à un horloger suisse, une cloche est récupérée sur l’Hôtel de ville et un automate marteleur est installé. En 1429, le bonhomme Jacquemart sonne l’heure pour la première fois !
  • 1545 – Fêlée, la cloche est descendue, refondue et réinstallée.
  • XIXe siècle – La forteresse Montségur est détruite, laissant place à un marché aux ânes et aux chevaux. En 1882, d’importants travaux de restauration sont réalisés sur la tour et plusieurs éléments sont rajoutés : cadrans d’horloge, baromètres… Le mécanisme de l’horloge et du Jacquemart est modernisé.
  • 1963 – La tour et sa cloche sont protégées au titre des monuments historiques