Ce site internet utilise des cookies. En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies. Attention, le blocage de certains cookies empêche le fonctionnement correct du site.

Incivilités : la Ville de Romans sur tous les fronts

Le 19 novembre 2014

Le maire de Romans et son équipe municipale ont la ferme intention de faire respecter les espaces publics, mais aussi privés ; autrement dit de faire la chasse aux incivilités de toutes natures. Comment ? Par la mise en oeuvre, dans le cadre d'une stratégie coordonnée, de toute une gamme de dispositifs qui vont de la prévention au dépôt de plainte, en passant par la réparation.

 


« Dégradation du mobilier urbain, tags, canettes, crottes de chiens, utilisation abusive de l'espace public... sont autant d'incivilités qui coûtent chers à la ville et qui nuisent à son image, explique le maire de Romans, Marie-Hélène Thoraval. Lors de la campagne des municipales, nous nous étions promis de remettre de l'ordre et c'est ce que nous nous attachons à faire depuis notre arrivée. »

 

Des dispositifs complémentaires


Dès le mois de mai, la Ville a ainsi mis en place un nouveau dispositif baptisé « Qui casse, répare ».Celui-ci permet, avec l'accord du Parquet, de proposer des peines alternatives au dépôt de plainte (travaux d'intérêt général ou indemnisation financière). En veille, le Conseil des Droits et Devoirs des Familles a, quant à lui, été réactivité, avec la signature, le 17 octobre, d'une nouvelle charte de fonctionnement et de confidentialité. Enfin, lancé au mois d'octobre, le concept « voisins vigilants » vise à faciliter le travail des forces de l'ordre par la remontée d'informations en temps réel via des habitants référents. Il sera opérationnel en décembre.

 

Premières caméras au printemps 2015


« Ces dispositifs vont encore gagner en cohérence et en efficacité avec la mise en œuvre de la vidéo protection », affirme Marie-Hélène Thoraval. Celle-ci devrait permettre, notamment, de mieux identifier les auteurs de dégradations de biens publics. Selon un rapport de l'Institut National des Hautes Etudes de sécurité, la vidéoprotection aurait fait passer le coût des réparations, dans certaines villes, de plusieurs millions d'euros à zéro par an.

 

« L'installation des caméras devrait débuter entre avril et mai 2015, complète l'adjoint délégué à la Prévention et à la Sécurité, Bruno Derly. Pour l'heure, nous nous appliquons à terminer le schéma d'implantation. Le centre historique devrait être particulièrement bien doté. »

 

Enlèvement des tags et poursuites judiciaires


La municipalité a également souhaité faire évoluer les modalités d'enlèvement des tags. Tout en maintenant le principe de gratuité pour les usagers, il s'agit d'aller au-delà du service rendu en intégrant des poursuites judiciaires.

 

« En effet, il existe des similitudes entre certains tags (une « signature ») rendant possible le travail d'identification des coupables, reprend Bruno Derly. Des fiches seront constituées sur lesquelles seront consignées un maximum d'informations concernant chaque tag, ce qui permettra de faciliter l'enquête. Car, désormais, nous porterons systématiquement plainte et inciterons également les propriétaires privés à faire de même soit auprès commissariat, soit sur le site de pré-plainte en ligne (www.pre-plainte-en-ligne.gouv.fr).»

 

Et l'adjoint de poursuivre : « En parallèle à ce travail sur la procédure, nous nous sommes également dotés d'une nouvelle hydrogommeuse, opérationnelle depuis le 30 octobre dernier. Enfin, nous envisageons la création d'un "mur à tags", accompagné d'un règlement d'utilisation, pour permettre l'expression artistique, comme à Rennes ou à Nantes. »

 

Une charte « Devantures et terrasses commerciales »


Toujours dans un souci de respect des espaces publics, une charte « Devantures et terrasses commerciales » sera mise en place en janvier 2015, après une rencontre, en décembre, avec les commerçants. Elle vise à accompagner ces derniers dans leurs projets d'aménagement et vient en complément de l'Aire de mise en Valeur de l'Architecture et du Patrimoine (AVAP) qui pose un ensemble de règles d'aménagement et de rénovation dans le centre historique.

 

« Il s'agit de rappeler qu'il existe des règles en matière d'occupation du domaine public, insiste le maire de Romans, mais également de conseiller les commerçants dans leurs travaux afin d'améliorer la qualité de leur projet . Pour ce faire, un architecte conseil est mis à disposition gratuitement). Les terrasses sont un élément central de la Charte car elles font partie intégrante de l'image que Romans renvoie aux habitants et aux visiteurs. Elles sont soumises à l'obtention d'une autorisation de la mairie pour une durée limitée et ne doivent pas s'inscrire dans une démarche de privatisation de l'espace public et d'enfermement. »

 

A noter : Toute démarche relative aux autorisations d'urbanisme et de terrasse doivent passer par le service urbanisme (04 75 05 51 75), de même que la prise de rendez-vous avec l'architecte conseil.

 

 

Une campagne d’affichage percutante


Pour terminer, sachez qu'une campagne de sensibilisation pour la propreté et plus largement pour le respect des lieux publics va être entreprise, dès ce mercredi 19 novembre, avec des affiches sur toute la ville pointant du doigt un certain nombre d'incivilités, au travers de trois visuels (crottes de chien, tags, canettes et autres déchets qu'il est courant de voir sur le domaine public), assorti du message suivant : « Polluer nuit durablement à notre ville ». Enfin, des autocollants, demandant de respecter les lieux, ont également été posés sur les toilettes publiques.