Ce site internet utilise des cookies. En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies. Attention, le blocage de certains cookies empêche le fonctionnement correct du site.

Exercice de sûreté nucléaire

Le 25 janvier 2018

Un exercice national de sûreté nucléaire a été programmé le jeudi 1er février, entre 8h et 16h, sur le site Framatome (ex- AREVA NP, ex-FBFC) de Romans-sur-Isère, afin de tester son Plan de Protection Interne (PPI) ainsi que la coordination entre l’exploitant et les services de l’Etat, autrement dit toute la chaîne de commandement. Ce jour-là, une sirène retentira à des kilomètres à la ronde.

350 personnes mobilisées 


« Ce type d’exercice a lieu tous les cinq ans, ainsi que l’exige la réglementation » indique Sabry Hani, directeur de cabinet  du préfet de la Drôme. Dans ce cadre précis, il devrait mobiliser quelque 350 personnes : des responsables du site jusqu’aux riverains concernés (particuliers et entreprises), en passant par la préfecture, la police, les sapeurs-pompiers, les communes de Romans-sur-Isère et de Saint-Paul-lès-Romans, mais aussi, bien sûr, l’Autorité de Sûreté Nucléaire (ASN), des experts de l’Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire (IRSN) et même de Météo France. 


Un scénario tenu secret 


Toutes ces personnes joueront d’autant mieux le jeu qu’elles n’auront pas connaissance au préalable du scénario imaginé pour cet exercice lors duquel sera simulé un accident radiologique ou chimique. On ignore quand il sera déclenché et quelle en sera la durée. Ce qui permettra de mieux évaluer les délais de mise en œuvre et la pertinence du dispositif. Seule certitude, l’exercice se déroulera le jeudi 1er février, entre 8h et 16h.


Un nécessaire entraînement


Il s’agit en effet, au travers de cet exercice, d’entraîner l’ensemble des acteurs du PPI et d’expliquer, dans le même temps, la conduite à tenir à la population riveraine et aux chefs d’entreprise ou responsables d’entité présents dans le périmètre de la zone PPI de Framatome en cas d’événement. « Cet exercice, autrement dit, va nous permettre de tester toute la chaîne de commandement et l’alerte à la population » reprend le directeur de cabinet du préfet..


Le déclencheur : une sirène


Concrètement, l’alerte sera donnée via la sirène du site Framatome. Le signal sera répété trois fois avec un intervalle de cinq minutes entre chaque signal. Il retentira à plusieurs kilomètres à la ronde sur une durée totale qui devrait avoisiner les 26 minutes. Dès lors, le dispositif sera enclenché : les riverains recevront un message enregistré par voie téléphonique, des barrières seront installées pour délimiter le périmètre de sécurité et des postes de commandement seront établis en dehors et dans la zone concernée ainsi qu’une cellule de crise communale. Cependant, il n’y aura aucun blocage de la circulation.


Une réunion d’information


Une réunion publique d’information et d’échanges sera organisée, le mardi 30 janvier, afin de vous présenter les objectifs de cet exercice, l’activité et les risques de Framatome et surtout l’organisation mise en place par les pouvoirs publics et l’exploitant en cas d’accident majeur. Elle à 18 heures, à la salle Yves-Péron (87 bis, avenue Adolphe-Figuet, en dessous de la MJC Robert-Martin).