Ce site internet utilise des cookies. En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies. Attention, le blocage de certains cookies empêche le fonctionnement correct du site.

Événements à la Monnaie : une coordination efficace

Le 02 mars 2015

La commission de sécurité -qui réunit chaque mois, en mairie de Romans, les différentes parties prenantes de la prévention et de la sécurité- a procédé, le 27 février, à un débriefing des événements survenus à la Monnaie, à la suite du décès d'un adolescent de 14 ans au volant d'une voiture volée.  


Premier constat de l'ensemble des partenaires, lors de cette réunion à laquelle assistait à titre exceptionnel le directeur de cabinet du préfet, Yves Hocdé : l'excellente coordination inter-services et des autorités publiques, lors de la gestion de ce drame et des faits qui en ont découlé. Le fruit, s'accordait-on à dire, de la réunion régulière de cette commission qui permet à ses participants de mieux se connaître et collaborer, et d'être ainsi plus réactifs.

 

Une volonté de travailler ensemble


« Nous avons su tirer les leçons du passé et montré que nous étions capables de travailler ensemble pour anticiper une situation, soulignait le maire de Romans, Marie-Hélène Thoraval, en référence aux événements de 2008, encore présents dans toutes les mémoires. Chacun s'est inscrit dans ses responsabilités, sans aller sur le terrain de l'autre, d'où le pilotage de cette coordination par la préfecture. »

 

Le fait d’une poignée d’individus


Ce constat fait, le débat s'est élargi à la question de la gestion de la délinquance sur le quartier : Le fait d'une poignée d'individus, une vingtaine de mineurs tout au plus. « Une problématique particulière à Romans » rappelait le commissaire Jonathan Rey avant d'insister sur la nécessité de prendre en compte ces mineurs, pour la plupart connus de ses services.

 

Une prise en charge individuelle


Le directeur de cabinet du préfet, Yves Hocdé, intervenait à son tour pour évoquer les nouvelles directives en matière de prévention de la délinquance qui tend vers une prise en charge individuelle de la personne et non plus collective comme cela se pratiquait avant : « On va chercher l'individu pour lui proposer un parcours, une formation... Le dispositif de réussite éducative est en cela un axe majeur... »

 

 

Une piste : le parrainage des familles


La 1re magistrate, de son côté, proposait, constatant la volonté des habitants et des associations du quartier de trouver des solutions, de suivre, entre autres pistes, celle du parrainage des familles : « On ne peut plus se décharger des manquements éducatifs sur la collectivité. Ce n'est pas une histoire de coût mais de remettre du lien. Jusqu'ici on a utilisé le biais de l'animation mais sans remettre de cadre. Il y a une approche par l'exemple qu'on n'a peut être pas suffisamment exploitée...»