Ce site internet utilise des cookies. En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies. Attention, le blocage de certains cookies empêche le fonctionnement correct du site.

Sécurité - Des agents de la Ville mobilisés

Le 09 avril 2020

Dans le contexte actuel de pandémie, des agents de la Ville de Romans sont mobilisés chaque jour pour assurer le fonctionnement des services publics prioritaires nécessaires à la vie de la collectivité. Zoom sur les agents de la Direction de la Prévention et de la Sécurité Publique (DPSP).

Questions  à Emilie Damance, Directrice adjointe de la Prévention et de la Sécurité Publique.

 

Combien d’agents de la DPSP sont-ils mobilisés chaque jour ? 

Une vingtaine d’agents de la Police Municipale et du Centre de Supervision Urbaine travaillent, chaque jour, pour assurer la sécurité de tous.

 

Quelles sont leurs principales missions dans ce contexte de confinement ?

Ils sont, bien évidemment, chargés de faire respecter ce confinement ! Mais ils doivent également renseigner les usagers sur les arrêtés en vigueur -je pense à l’arrêté préfectoral interdisant les berges et espaces publics et aux deux arrêtés municipaux de couvre-feu et d’interdiction des marchés alimentaires-,  patrouiller auprès des commerces fermés, surveiller les bâtiments publics, assurer la vidéo protection de la ville et, plus largement, assurer la surveillance de la commune et de ses habitants.

 

Comment les agents de la DPSP sont-ils perçus sur le terrain ? La population romanaise est rassurée par leur présence et apprécie qu’ils soient sur le terrain pour faire appliquer, notamment, les règles de confinement.

Quelles sont les mesures prises pour protéger ces agents ? 

Les agents, sur le terrain, sont équipés de gants et de masques. Ils ont également à leur disposition du gel hydro alcoolique et un désinfectant de surface.

 

Quelques chiffres clés de la DPSP depuis le confinement ?

A la fin de cette 3e semaine de confinement, on enregistrait 210 verbalisations caractérisées par le non-respect du confinement et quelque 900 appels au Centre de Supervision Urbaine relatifs au Covid-19.