Ce site internet utilise des cookies. En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies. Attention, le blocage de certains cookies empêche le fonctionnement correct du site.

Débat d'Orientation Budgétaire : 3 grandes priorités

Le 06 décembre 2016

Le Débat d'Orientation Budgétaire (DOB) s'est déroulé en Conseil municipal, le 14 novembre dernier. Explications.

Le Débat d'Orientation Budgétaire qui préfigure le Budget à venir s'inscrit dans la droite ligne des ambitions actées par le maire de Romans et son équipe depuis le début du mandat.

A savoir : 

  • la non-augmentation des taux de la fiscalité communale
  • la désensibilisation de la dette et la diminution de son volume
  • l'accroissement de l'effort d'investissement en lien avec les priorités de la Ville. 

 

Une gestion rigoureuse

Mais pour réussir à tenir ces trois engagements dans un contexte extrêmement contraint, puisque comme le rappelait le maire de Romans en ouverture du débat d'orientation budgétaire « la Ville a subi une baisse de 40% des dotations de l'Etat, soit 2,5 millions d'euros, de 2013 à 2016 », la collectivité devra réaliser des économies substantielles et assumer une gestion rigoureuse.

Ce qui va se traduire par : 

  • un recentrage des actions de la Ville sur ses compétences régaliennes
  • un effort de 200 000 euros sur le fonctionnement des services 
  • un effort de 400 000 euros sur la masse salariale (mutualisation des moyens et/ou services avec l'Agglo, non-remplacements de certains départs à la retraite...) 
  • une maîtrise des autres charges de gestion 
  • une politique tarifaire indexée sur le coût de la vie.

 

Un budget d'investissement de 7,2 millions d'euros

Autant d'éléments qui permettront à la Ville de dégager un budget d'investissement de 7,2 Millions d'euros, qui prévoit : 

  • 2,2 millions d'euros pour la Voirie
  • 300 000 euros pour l'urbanisme
  • 850 000 euros pour solder les opérations de réhabilitation de l'établissement public foncier Rhône-Alpes
  • 950 000 euros pour les aménagements liés au projet Gar'Is
  • 800 000 euros pour les bâtiments et le patrimoine historique
  • 200 000 euros pour la sécurisation des bâtiments
  • 1 200 000 euros pour le CTC
  • 540 000 euros pour l'équipement des services 
  • 120 000 euros pour la videoprotection.

En ce qui concerne la dette, au 31 décembre, 2015, le restant dû de la dette s'établissait à 59 636 000 euros. Au 31 décembre 2016, il s'élèvera à 58 881 Millions d'euros. «Aujourd'hui, la dette est propre et sans risques » soulignait le premier magistrat.