Ce site internet utilise des cookies. En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies. Attention, le blocage de certains cookies empêche le fonctionnement correct du site.

Conseil municipal : des résultats tangibles et concrets

Le 08 juillet 2015


Le conseil municipal du lundi 6 juillet, revêtait une importance toute particulière pour le maire de Romans, Marie-Hélène Thoraval, car « il est le constat, expliquait-elle, des résultats tangibles et concrets d'un certain nombre d'actions que nous menons depuis plus d'un an telles que la Cité du talent, Gar'Is... »

Vendue, la chapelle de l'ancien hôpital va devenir un espace de coworking


Première délibération évoquée, une demande de subvention de 70 000 € à la Région pour le financement de l'étude de faisabilité de la Cité du Talent. Etude qui se monte à 120 000 € et pour laquelle d'autres subventions ont été demandées.

Cité du talent : une étude de faisabilité, véritable étude de marché


« Notre objectif est de donner à notre ville un positionnement économique avec le développement d'un lieu dédié aux cultures numériques et aux activités dans le domaine du son et de l'acoustique, rappelle le maire de Romans. Nous ne partons pas de rien puisque nous nous basons sur les atouts et le potentiel existant à l'intérieur de la Cité de la musique. Après avoir réalisé, en avril, une étude d'opportunité dont les résultats se sont avérés particulièrement positifs, nous poursuivons avec une étude faisabilité. Cette étude, qui se veut une véritable étude de marché et dont nous aurons le rendu fin 2015/début 2016, va permettre de jauger l'ampleur du projet et de dégager les axes sur lesquels nous aurons le meilleur retour sur investissement... »

La chapelle de l’ancien hôpital transformée en espace de co-working


Et Marie-Hélène Thoraval de poursuivre : « Nous avons, aujourd'hui, de nombreux retours qui montrent l'intérêt des professionnels pour ce projet. La Communauté d'agglomération a annoncé qu'elle le soutiendrait à hauteur de 3,6 Millions d'Euros et des investisseurs se sont déjà manifestés. J'en veux pour preuve la vente à BP immobilier, pour la somme de 12 600 euros, de la chapelle, très délabrée, de l'ancien hôpital qui jouxte la cité de la musique. L'objectif, dans ce cadre, est de développer des activités économiques et de créer également un espace de co-working s'intégrant dans le projet plus global de la Cité du talent. »

L’opération « Invest in Romans » porte ses fruits


La vente de la chapelle faisant suite, selon le maire, à « Invest in Romans » organisée en janvier, elle en a profité pour évoquer le devenir de certains des biens présentés lors de cette opération. Le tènement Jourdan pourrait ainsi faire l'objet, fin juillet, d'un conseil municipal extraordinaire. On n'en saura pas plus pour l'instant. Situé en face, l'îlot Dolet, devrait, quant à lui, être démoli à la fin de l'année pour laisser la place, courant 2016, à des logements avec au rez-de-chaussée, des activités commerciales. Un projet est également en vue, dont on pourrait bien entendre parler à l'automne sur le tènement de l'ancien conservatoire, place Zamenhof, avec, là aussi, la construction de logements. « Le projet est plutôt bien amorcé mais nous devons encore travailler avec les Bâtiments de France sur sa faisabilité et son acceptation » précisait le maire.

Bâtiment de la Maison de la Nature, un produit à travailler


Autre délibération significative, le déclassement du domaine public du bâtiment de la Maison de la Nature et de l'Environnement : « Il s'agit-là d'une première étape ; nous allons travailler sur ce produit, comme cela a été fait à l'époque pour la Banque de France, déclare Marie-Hélène Thoraval. Je ne suis pas pressée, mon objectif est que l'endroit, qui dispose d'une très belle situation en entrée de ville, soit valorisé au mieux pour en tirer le meilleur parti. » Ce bien, dans le giron de la commune depuis 1952, abrita, en son temps, le musée régionaliste.

Le cabinet Seura accompagnera le projet Gar’Is


Lors de ce conseil municipal, le maire devait revenir également sur le projet Gar'Is. « Au mois d'avril dernier, nous avons fait réaliser une étude flash sur le centre ancien par le cabinet Wilmotte afin de mobiliser des financements et de dégager des pistes de réflexion, rappelait Marie-Hélène Thoraval. Cependant, nous ne disposons pas aujourd'hui de toutes les compétences en interne pour mettre en oeuvre ce projet, c'est pourquoi nous avons fait appel pour nous accompagner, au cabinet Seura (choisi parmi trois postulants) qui aura des missions de conception et de programmation urbaines, de maîtrises d'œuvre urbaine et bâtiments, et de concertation et communication. » Ajoutons à cela l'obtention d'une enveloppe de 15 millions d'euros de l'Agence de Rénovation Urbaine dont les deux-tiers seront fléchés sur le Centre ancien et le tiers restant sur la Monnaie. « Une somme qui viendra compléter les 12 à 13 millions d'euros que nous comptons investir dans ce projet sur le mandat » précisait le maire.

Un patrimoine riche mais dégradé et coûteux à entretenir


S'agissant du centre ancien, le maire devait également évoquer le patrimoine historique, au travers, notamment d'une délibération pour l'entretien des vitraux de la collégiale Saint-Barnard (8000 €). « Nous disposons d'un patrimoine historique riche mais qui a souffert d'un manque d'entretien. Les vitraux de l'église Sainte-Croix nécessiteraient eux-aussi d'être restaurés. Depuis longtemps, l'association du carillon rhônalpin signalait l'absence d'un fa dièse sur le carillon de la tour Jacquemart, nous allons investir dans l'achat d'une nouvelle cloche. Nous projetons également, comme nous nous y étions engagés lors des travaux de la Banque de France, de restaurer le kiosque dans sa configuration d'origine, mais nous ne nous doutions pas de son état de dégradation. »

Un appel au mécénat pour financer le patrimoine


Ceci étant, la Ville ne peut pas tout financer et a la ferme volonté d'aller chercher de l'argent à l'extérieur. « A chaque fois que la Ville met un euro, elle va en chercher six à l'extérieur, affirme Marie-Hélène Thoraval. Pour y parvenir, nous devons explorer toutes les pistes, le mécénat fait partie de celles-ci... » D'où la rédaction d'une convention type soumise, et ce sera la dernière délibération évoquée. Un mécénat qui pourrait permettre de financer des actions dans des domaines aussi variés que le sport, l'action sociale, la culture et, bien sûr, le patrimoine.