Ce site internet utilise des cookies. En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies. Attention, le blocage de certains cookies empêche le fonctionnement correct du site.

Concertation autour du projet Gar’Is

Le 03 mars 2016


La Ville de Romans organisait, ce mardi 1er mars, une première réunion de concertation sur son projet Gar'Is de rénovation urbaine du centre-ville. Au programme, des propositions, soumises à débat, pour l'aménagement de quatre places du centre historique : la place Maurice-Faure, la place aux Herbes, la place du Pont et la place Perrot-de-Verdun.


« Ce projet répond à un de mes engagements de campagne, rappelait en préambule le maire de Romans Marie-Hélène Thoraval. Il vise à rénover le centre-ville de la gare à l'Isère. C'est un projet ambitieux qui nécessite de faire des arbitrages. Le cœur de ville a été considéré comme prioritaire par l'Etat qui nous a demandé de réaliser une étude flash. Cette étude, confiée en avril, au cabinet d'architecte Jean-Michel Wilmotte, a mis en évidence, au travers d'esquisses prospectives, un certain nombre de points à travailler pour parvenir à revitaliser le centre-ville. »

Cinq rendez-vous pour se concerter


« Pour mener à bien ce projet, nous avions besoin d'être accompagnés, sur le plan technique, et avons fait appel pour ce faire au cabinet Seura, poursuit l'adjoint délégué aux Travaux Franck Astier. Nous avons néanmoins considéré qu'il était important, en parallèle, de mettre en place une concertation pour pouvoir discuter des propositions d'aménagement avec tous les Romanais qui le souhaitent. Cette concertation comprend deux niveaux : les conseils de quartier récemment mis en place ainsi que des rencontres dédiées qui seront -celle-ci comprise- au nombre de cinq : pour échanger sur l'avant-projet, le projet, le démarrage et la réception des travaux. »

Mardi soir, la municipalité a souhaité se concentrer sur des propositions d'aménagement sur quatre places du centre historique : la place Maurice-Faure, la place aux Herbes, la place du Pont et la place Perrot-de-Verdun. Pourquoi ces quatre places en priorité ? « Pour permettre à la Ville de s'ouvrir sur l'Isère et pour ne plus avoir une basse-ville, par opposition au plateau, mais un véritable centre historique, » répondait le maire de Romans.

Diminuer la présence de la voiture


Les aménagements proposés sont relativement légers. Ils consistent, pour la plupart, à réaliser des emmarchements, place Perrot-de-Verdun, ce qui permettrait de rattraper la pente et d'installer, pourquoi pas, des terrasses de café, ou encore place du Pont, dans un souci d'ouverture sur l'Isère. Mais il s'agit surtout de dégager l'espace, afin de valoriser les façades, en supprimant un mobilier urbain foisonnant mais aussi et surtout, en diminuant la présence de la voiture, qu'elle circule (beaucoup de véhicules ne font que passer) ou qu'elle stationne.

Il est proposé notamment de reporter en périphérie de ce secteur les 85 places existantes, et non de les supprimer, ce qui représente entre 5 et 10 minutes de marche, comme cela se fait déjà les jours de marché. Une mesure diversement appréciée en particulier des commerçants qui craignent une désertion de leurs clients, mais aussi comprises par d'autres, dans la mesure où les places seraient d'ores et déjà déplacées et disponibles avant la mise en œuvre du projet. Le début des travaux est prévu pour la fin juin.

Quid des problèmes d’insalubrité, de sécurité… ?


D'autres se sont inquiétés de l'état d'insalubrité de la rue de l'Armillerie, des insultes subies et des trafics incessants. Des nuisances qui, pour Marie-Hélène Thoraval, devraient justement diminuer avec la limitation de la circulation dans ce secteur mais aussi avec la mise en place, à partir du mois d'avril, de la vidéo-protection, à laquelle vient encore s'ajouter une équipe renforcée de policiers municipaux avec une présence physique sur le terrain tous les jours de la semaine.

« Cela fait des années que l'on a laissé le problème s'enraciner ! S'exclamait le maire, avant d'ajouter : « Nous intervenons aussi en parallèle sur l'habitat insalubre et les marchands de sommeil qui entretiennent des « nids » de trafiquants... Quant à la rue du Mouton, nous mettons en œuvre tous les moyens à notre disposition pour contraindre les propriétaires à réaliser des travaux pour éviter que ce patrimoine exceptionnel parte en lambeaux ! »

De la nécessite de faire des arbitrages


Autre question soulevée par un habitant de la rue de l'Infirmerie : « Pourquoi le projet Gar'Is n'a-t-il pas retenu la rénovation de la rue Saint-Nicolas. Question pertinente pour le maire qui rappelait, néanmoins, la nécessité de faire des arbitrages : « C'est un projet à la taille et à la hauteur des moyens de la collectivité. Dans la rue Saint-Nicolas, nous travaillons sur les marchands de sommeil... Ceci étant, elle devrait bénéficier des travaux réalisés à chacune de ses extrémités, sur l'îlot Dolet dont les travaux de déconstruction vont bientôt débuter et sur la place Maurice-Faure : Les choses vont se croiser. »

Quid de la place Jean-Jaurès ? Interpellait cet autre habitant. « Nous avons des projets la concernant, mais ce n'est pas l'objet ce soir. Partir sur ce point-là en premier, c'eut été laissé mourir un peu plus le centre historique. »

La redynamisation, l’affaire de tous !


Enfin, dernier point abordé, la côte Jacquemart et plus largement le commerce. « Etre commerçant, c'est savoir innover, promouvoir, disposer d'un positionnement discriminant, reprend le maire. Les habitudes de consommation ont changé. Notre rôle à nous est de créer les conditions favorables pour le développement du commerce, en contribuant à la qualité des espaces pour ajouter à l'attractivité de la ville. » Le maire tenait à rappeler à cette occasion l'existence d'un projet d'incubateur sur la côte Jacquemart, autour de la Cité des Talents : « Le problème de cette côte est lié à son accessibilité et non au stationnement. Les parkings gratuits ne bénéficient pas aux commerces, ils sont occupés le plus souvent par des voitures ventouses. » Et Marie-Hélène Thoraval de conclure : « Retrouver une dynamique, c'est l'affaire de tous ! »

Prochains rendez-vous


Deux autres rendez-vous sont d'ores et déjà fixés pour la poursuite de cette concertation : les 31 mars et 27 avril. En attendant, vous pouvez adresser vos remarques ou questions concernant ce projet à l'adresse mail suivante : garis@ville-romans26.fr.