Ce site internet utilise des cookies. En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies. Attention, le blocage de certains cookies empêche le fonctionnement correct du site.

Un projet pour la Maison des Chapeliers

Le 13 avril 2017

La Ville de Romans-sur-Isère avait proposé à la vente, en 2015, lors de l’opération Invest In Romans, l’ex-MNE, une maison de caractère idéalement située dans un écrin de verdure, en bord d’Isère. Aujourd’hui arrêté, le choix s’est porté sur un projet de restaurant « bistronomique » avec chambres d’hôtes qui contribuera à la valorisation de ce patrimoine d’exception et plus largement à celle du centre historique.

Pourquoi la vente de ce tènement ?


Située côte des Chapeliers, cette maison, qui abritait autrefois la Maison de la Nature et de l’Environnement, était dans un état de dégradation avancé. La sécurité des usagers ne pouvaient plus être assurée, sauf à réaliser d’importants travaux, d’où sa fermeture au public. 


En 2007, une étude menée par le service bâtiment de la Ville chiffrait déjà le montant de cette réhabilitation à plus d’un million d’euros hors taxe. Depuis, le bâtiment n’a pas cessé de se détériorer comme en témoigne l’apparition dernièrement de la Mérule, un champignon aux effets dévastateurs.


Au regard du montant conséquent des travaux, la réhabilitation de ce bâtiment n’est pas apparue comme une priorité dans le plan pluriannuel d’investissement de la Ville, d’autant plus que ce bâtiment se prêtait plus à un projet privé que public. 

 

Comment s’est opéré le choix ?


Un appel à projet pour la réhabilitation de ce bien a été lancé pour la première fois en 2015, lors de l’opération Invest in Romans. En deux ans, quatre études de faisabilité approfondie ont été conduites mais seulement deux projets sont allés jusqu’au terme : « L’auberge de l’Isère » porté par le collectif Ô berges de l’Isère et « La Belle Maison » porté par un restaurateur et de investisseurs locaux. Le premier proposait la création d’une auberge de jeunesse et d’un restaurant de type « cantine » ; le deuxième un restaurant « bistronomique » et des chambres d’hôtes.


La Ville a décidé de mettre en concurrence les deux projets pour les comparer et a défini, pour ce faire, huit critères qui ont permis la réalisation d’une analyse technique, complétée par deux auditions des porteurs de projet en présence des élus et par de nombreuses rencontres avec les techniciens.

Le projet sélectionné


Au terme d’une analyse approfondie, le choix s’est porté sur « La Belle Maison ». Les deux projets en lice étaient de qualité, cependant celui de « La Belle Maison » apportait des garanties plus fortes sur la capacité d’investissement, les conditions de réalisation et la durabilité de l’activité.

 

Photos (c) Cabinet Traversier

Concernant les conditions de réalisation du projet

Concernant la durabilité de l’activité proposée


En conclusion, les projets présentés étaient tous les deux très intéressants et de qualité. Le projet de « La Belle Maison » a été retenu pour le niveau de garantie apporté. Pour autant, la Ville, au regard de l’évolution et de la qualité du dossier présenté au final par le collectif Ô berges de l’Isère, souhaiterait poursuivre l’accompagnement de ce projet sur un lieu qui correspondrait mieux à sa vocation, à son positionnement en lien avec le tourisme vert et à la capacité d’investissement du collectif.