Ce site internet utilise des cookies. En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies. Attention, le blocage de certains cookies empêche le fonctionnement correct du site.

La Ville cultive son cadre de vie

Le 27 avril 2017

Huit Français sur dix veulent vivre à proximité d'un espace vert et six sur dix estiment que la création de nouveaux espaces verts devrait être la priorité de leur municipalité. Réalisé en 2016, ce sondage IFOP vient conforter l’action de l’équipe municipale qui, dès le début de son mandat, s’est engagée à améliorer le cadre de vie des habitants, consciente qu’il s’agit là d’un élément fort d’attractivité.

Une action dans le respect de l’environnement

 

Pour ce faire, la Ville a élaboré un plan d’aménagement et d’embellissement des espaces publics et ce, dans le respect de la protection de l’environnement. En 2014, la Ville a en effet poursuivi son action de réduction des pesticides, pour préserver la santé de ses agents et celle des Romanais mais aussi pour protéger sa ressource en eau.

En 2015, elle a également signé une charte régionale d’entretien des espaces publics, avant même la loi de transition énergétique qui prévoit d’atteindre l’objectif zéro pesticide. Et établi, dans cette optique, un plan d’actions avec différents degrés d’intervention en fonction des sites.

De fait, une attention particulière est portée aux giratoires, notamment aux entrées de ville, au fleurissement hors sol, aux écoles, aux parcs et aux squares. Mais cela veut dire aussi qu’il faut désormais accepter, en certains endroits, les herbes indésirables.

 

Des résultats sur le terrain

 

Il suffit de considérer le fleurissement sur les ronds-points de la place Jean-Jaurès ou encore de l'avenue Gambetta. « Du fait maison » comme l’expliquait le maire puisque l’ensemble des végétaux qui servent à la réalisation des massifs de la ville sortent des serres municipales. On peut citer encore le réaménagement du parc Brunet, la reprise des jardinières quai Chopin et, en point d’orgue, la réouverture du square Marcel-Carné, le fruit du travail conjoint du bureau d’études et des espaces verts de la Ville.

 

Les chantiers en cours ou à venir

 

D’autres chantiers d'aménagement sont également en cours ou à venir. Une quarantaine d'arbres (érables, poiriers d’ornement) sont ainsi en cours de plantation, rue Eugène-Chavant pour habiller le parking réalisé dans le cadre de l'opération de rénovation urbaine du quartier Est. Et un aménagement paysager va être réalisé, en juin, sur le giratoire n°7, à l'intersection de l'avenue de Saint-Donat et du Contournement Nord-Ouest de Romans.

Le service des Espaces verts intervient également, en tandem avec le service de la Voirie, sur les aménagements urbains réalisés dans le cadre du projet Gar'Is : la végétalisation, fin mai, de la place Maurice-Faure et de la rue Mathieu-de-la Drôme ; les aménagements paysagers de la place Perrot-de-Verdun ou encore l'étude concernant le Champ-de-Mars pour en faire un parc urbain...

 

La propreté urbaine indissociable

 

Tout ce travail d'embellissement est complété par une nouvelle organisation du service de la propreté urbaine depuis un an. L'implication de ce service dans le désherbage des trottoirs et dans le ramassage des détritus contribuant de façon importante à la qualité du cadre de vie et des espaces verts. Sachant que les causes premières de malpropreté sont les dépôts spontanés d’ordures dans les rues, les tags, les déjections canines. Ce qui représente un surcoût de 45 000 € en seulement six mois. Concernant les déjections canines, sachez qu’elles font désormais l’objet d’un arrêté avec, à la clé, une amende de 68 €.

 

Des compétences larges

 

Mais les compétences du service des Espaces verts ne s'arrêtent pas là. À charge également pour lui de gérer l'entretien des structures de jeux, comme celle du parc François-Mitterrand, en cours d’installation. C’est lui aussi qui s’occupe de l’entretien des fontaines et, pour seize d’entre elles, de leur remise en eau après l’hiver, comme celle, réhabilitée, du square Marcel-Carné.

Il gère aussi de nombreux hectares d'espaces naturels ou semi-naturels : bois des Ussiaux, étangs de Chaleyre, Chemin des Bœufs, canal de la Martinette. À cela, il faut ajouter l’entretien du cimetière (8 hectares, 6500 concessions). À noter l’installation, en février, d’un nouveau colombarium, ce qui porte leur nombre à quatorze, et la construction, en avril, d’un nouvel ossuaire communal.

 

Parmi ses compétences encore, on retrouve l'entretien des cours d'école. La Ville est à l’écoute des demandes qu’elle étudie au cas par cas. On peut citer le remplacement d’arbres à l’école Langevin, la pose d’une nouvelle structure de jeux à l’école aux Récollets ou encore la réalisation de carrés potagers. C'est encore le service des Espaces verts qui a suivi la création des jardins partagés des Ors et de Saint-Nicolas, aujourd'hui autonomes, et plus récemment, des jardins familiaux de l'espace Chopin où l'on réfléchit, le succès étant au rendez-vous, à une extension. 

 

Chenilles et autres bêtes...

 

Enfin, le service des Espaces verts a pour mission de lutter, en lien avec le service communal d'hygiène et de santé et avec le service Allô ! Mme le Maire, contre toutes sortes de nuisances :

  • les chenilles processionnaires avec trois techniques de lutte : le décrochage (1000 nids en 2016), le piège mécanique et le piège par phéromone. On peut aussi lutter en favorisant l'implantation de prédateurs comme la mésange bleue, en installant dans son jardin des nichoirs.
  • la pyrale du buis dont l’invasion a pu être contenue grâce à la surveillance de l’apparition des chenilles et des papillons par un agent dédié.
  • les corbeaux freux avec, cette année, une nouveauté : des opérations d'effarouchement réalisées par des fauconniers professionnels spécialistes de la faune sauvage, en complément du décrochage des nids et de l’élagage.