Ce site internet utilise des cookies. En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies. Attention, le blocage de certains cookies empêche le fonctionnement correct du site.

Carnaval : Un succès toujours !

Le 07 mars 2017

Le carnaval a eu raison, dimanche, du mauvais temps. Alors qu’il pleuvait des cordes quelques heures plus tôt, le soleil est ressorti comme par magie, juste à temps pour accompagner Carmentran, à travers les rues du centre ancien, jusqu’à son funeste destin.

Des mois de travail réduits à néant, cela ne se pouvait : les carnavaliers, jusqu’au bout, sont restés confiants. De fait, poussés par le vent, les nuages qui menaçaient de troubler la fête, s’en sont allés, tandis que la foule, même si ce n’était pas celle des grands jours, se massait sur le passage du défilé, enflant à chaque minute qui passait. 

On lui avait promis un carnaval chimérique et il le fut avec de drôles d’échassiers aux couleurs chatoyantes et aux larges ailes déployées qui courraient en tous sens, menés par un étrange personnage, tout de fourrure vêtu et au nez crochu. 

Derrière eux, Carmantran, tirant la langue, comme dans un dernier baroude d’honneur, tentait en vain, freinant des quatre fers,  de résister à ses pousseurs, sous le regard indifférent de nobles Vénitiens semblant avoir perdu leur chemin.

Un peu plus loin, abandonnant un temps sa tour, Jacquemart, en personne, était venu, accueillir ses semblables : des marionnettes géantes, tentant maladroitement d’étreindre de leurs grandes mains, petits et grands, si expressives, pour certaines, qu’on eut dit des humains : une laitière, un forgeron, un fou du roi et d’autres encore, mélange improbable de serpent, poulpe et autre paon… Un bestiaire que venait compléter une horde de lions à la superbe crinière.

Devant encore, perchée sur une roue, mue par deux ratons, une reine chimère, enveloppée d’un nuage de fumée rouge, excitait de sa voix de crécelle, une bande de sorcières, chevauchant des montures s’apparentant à des solex. 

Plus gracieuses, de délicieuses danseuses se trémoussaient aux sons des percussions auxquels se mêlaient parfois les notes cristallines d’un violon. 

Un joyeux défilé mais qui, inexorablement, se dirigeait vers le bûcher où devait être brûlé, sous la vindicte populaire, Carmentran, l’affreux, l’abominable, le responsable de tous nos maux… 

Nos plus belles photos
Carnaval de Romans 2017
En direct de nos réseaux